Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
baramalice

semaine du goût et dégustation de bon pain ....

14 Octobre 2013 , Rédigé par baramalice Publié dans #après l'école

Dans le cadre de la semaine du goût, l'école Bara invite Eric , boulanger bio, qui proposera une dégustation de pain demain mardi, à la sortie de l'école ( côté maternelle ) . 

Dans le même esprit que le biocabas, déjà "opérationnel" à l'école , Eric nous proposera une livraison régulière de pain bio. 

eric

lu dans la Voix du Nord :
"Haut comme trois pommes, il se rêvait garagiste pour remplir les réservoirs d’essence. Il a finalement été routier, puis a travaillé le verre, posé des chaudières. À 58 ans, le Ronchinois Éric Bedu est un touche à tout qui semble enfin avoir trouvé la bonne branche pour se poser. Elle a la forme d’un gros pain, à l’image de ceux qu’il façonne avec des farines bio depuis quelques mois chez lui, et qu’il revend dans des dépôts pour gagner sa croûte. Assis derrière la solide table en bois du salon, le longiligne Éric l’avoue volontiers, «je me suis formé moi-même». Parce que l’école n’a jamais été son truc. «En fait, je n’ai aucun diplôme à part 
le brevet des collèges», souffle-t-il. Ensuite, pour faire court, il a roulé sa bosse à droite à gauche, sautant d’un poste à un autre au gré de ses envies et des opportunités. «J’ai toujours cherché à faire quelque chose de simple, sourit-il. Chauffeur routier, c’est un métier difficile, mais pas compliqué finalement. Travailler le verre, c’était aussi intéressant. En revanche, quand j’ai suivi un stage de plombier chauffagiste et que je me suis lancé, ça a été l’année la plus stressante de ma vie. C’est 
très technique!»
Il y a trois ans, après avoir été licencié, Éric a sauté sur une opportunité proposée par Pôle emploi. Et il est retourné à l’école, à Tourcoing, pour passer un CAP de boulanger. Et seulement boulanger, la pâtisserie ne faisait pas partie du lot: «Trop compliquée!» À 55 ans, le Ronchinois a serré les dents pendant six mois, le temps de sa formation accélérée, avant de se présenter à l’examen. Français, mathématiques, anglais, il a dû tout repasser en plus d’une épreuve de pratique de sept heures et, à son grand étonnement, a été reçu avec succès. «J’ai eu 18/20 en rédaction, ça ne m’était jamais arrivé !»
Le jeune diplômé a alors pu se lancer dans un nouveau projet qui lui tenait à cœur. Et vivre une sorte de retour aux sources en mettant la main à la pâte pour gagner sa croûte. «Je fais mon pain moi-même depuis longtemps pour le plaisir, explique-t-il. Et j’aime utiliser les énergies renouvelables, j’ai toujours eu un feu de bois chez moi. C’est une conviction profonde, mais j’ai vraiment eu le déclic il y a sept ans, en rejoignant la première AMAP de la région. Je voulais vivre autrement, faire partie d'une économie parallèle, solidaire, à l'écart du système "

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article