Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
baramalice

La jalousie : Droit de propriété

19 Janvier 2006 , Rédigé par baramalice Publié dans #la page d'Amélie Gahete

Dis-moi qui est la plus belle....

Les camions verts et le camion rouge :
Il y a des camions verts dans la salle. Un seul camion rouge. La majorité des enfants voudront le rouge. Maintenant, prenons un enfant qui est sur le camion rouge, heureux et fier de l'être. Un autre arrive et le harcèle. Souvent, et alors qu'arrive le moment de pouvoir, enfin, obtenir le camion rouge tant convoité, l'enfant se détourne ou y joue... à peine.

C'est que le camion rouge n'a guère d'importance. Ce qui était tellement convoité, ce n'était pas l'objet, le jouet, c'était le plaisir vu dans les yeux de l'enfant qui le conduisait avec bonheur. L'enfant cherchait, était jaloux de ce bonheur-là, comme si le camion rouge pouvait le lui donner.


 
Des lieux comme les haltes-garderies, les crèches, les accueils d'assistance maternelle, l'école, peuvent apprendre aux enfants à négocier leur jalousie, en faisant du sentiment de rivalité une ressource : des alliances de compétences, des échanges de qualités, de dons. 

 

 

 

 
"Moi j'ai tendance à dire mes enfants que c'est vraiment nul d'être jaloux"

C'est vrai que la jalousie est un sentiment coloré de négatif. Sauf que blâmer le jaloux, c'est aggraver en lui l'impression de ne pas valoir grand chose aux yeux du parent qui lui dit qu'être jaloux c'est moche. Surtout que l'enfant jaloux est déjà très malheureux et n'a pas une grande estime de lui.

 
"Chez nous, jamais je n'ai eu l'impression que mes enfants développaient une jalousie les uns envers les autres".

C'est possible... Il y a des modes de vivre et de parler en famille qui interdisent, aussi, de dire certains sentiments.

Un enfant dont le frère ou la soeur est malade, fera probablement des efforts de sagesse démesurés pour endormir sa jalousie, par culpabilité, par solidarité pour celui qui est en relative faiblesse.

La plupart du temps, il se fabrique très vite dans la maison une atmosphère, une sorte d'alchimie, qui apaise tous les conflits et les plaintes. Comme si le sentiment d'amour l'emportait sur la jalousie.

De manière moins dramatique, la jalousie peut parfois se gommer, devant les parents. Mais elle se développera, très normalement, entre frères et soeurs, dans la chambre ou la rue ou la cour de récré, une fois les parents hors de vue.

"Si t'es copine avec elle, je te cause plus"

 
Entre 2 ans et 5 ans, les enfants traversent une phase de croissance qui provoque des scènes dont le but semble être de séparer le couple
parental. "Je me marierai avec maman"... "Papa t'es nul".... "Papa c'est le plus fort".... "Maman tu n'as pas le droit de conduire la voiture".

Sans parler des tentatives de séduction pour s'attirer l'amour exclusif de l'un des deux (dont la scène consistant à vouloir dormir dans le lit des parents fait partie).
 
C'est un peu difficile pour un enfant de comprendre profondément que l'amour des parents ne se partage pas. Il se multiplie.


En même temps, être jaloux peut être positif. Un enfant de deux-trois ans, qui voit arriver un bébé dans la maison, à un âge où il a besoin et
envie de se détacher du giron pour vivre sa vie d'enfant, peut apprendre grâce à cet événement à ne pas exiger que la relation d'amour soit exclusive. Les grands apprennent à partager et les petits sont stimulés par les grands.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article