Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
baramalice

La nuit - Le sommeil - Dodo

18 Janvier 2006 , Rédigé par baramalice Publié dans #la page d'Amélie Gahete

"Il ne veut pas dormir tout seul et trouve injuste que les parents dorment à deux dans un lit"
"Elle se relève la nuit pour venir se glisser entre nous"
"Il hurle pour aller se coucher et dit qu'il a peur, ou soif, ou encore faim"
"Il y a un loup qui squatte notre appartement depuis 15 jours et qui sort dès qu'il fait noir"
 
"Mais je suis seule, sans compagnon, et elle est capable de hurler des heures si je ne cède pas".

L'enfant n'est pas un compagnon ou une compagne de substitution. D'ailleurs, le jour où le parent "célibataire" trouvera un compagnon ou une compagne, l'enfant se verra alors, de manière qui lui est incompréhensible, rejeté dans sa chambre.
 
"J'ai eu des ennuis avec les voisins qui se sont plaints".
Là encore, le jugement des autres fait pression pour que nous cédions aux pleurs de l'enfant. Ce sont les adultes, y compris les voisins, qui doivent se souvenir ou comprendre que l'enfant traverse un passage obligé, comme 99% des enfants.
L'aider à grandir c'est accepter une crise durant plusieurs jours. Cette période decrise passera bien plus vite si les parents ne cèdent pas.
 
"Je ne suis pas d'accord pour que notre fils vienne la nuit se coucher dans notre lit, mais ma femme.. c'est elle qui craque. Parfois même, elle s'endort par terre, à côté de notre enfant".

"Mon mari, lui, il dort. Alors évidemment, je me lève, je recouche notre fils, je me relève etc... Au bout d'un moment, je n'en peux plus. Je le laisse s'endormir avec nous"
 
Nous parlons d'enfants de maternelle ici. Sachant que vers deux ans, deux ans et demi, l'enfant, pour des raisons que nous pourrons expliquer ultérieurement, se met à développer des craintes, réelles je le rappelle, notamment le soir et la nuit, le conduisant à vouloir retrouver la protection auprès du corps des parents, de la mère en général.
 
Là aussi, il est important que le couple soit cohérent devant l'enfant. Et que celui-ci n'ait pas l'impression qu'il peut faire céder "l'un" même si l'autre est en désaccord.
Souvent, c'est le papa qui est le plus efficace. Et au fond, c'est positif, parce que le rôle du père est de séparer l'enfant de sa mère.
 
Plus essentiellement, nos enfants traversent une période durant ces âges, où la notion d'être "unique" et "seul", affleure à leur conscience par mille détails, qui les font en effet, éprouver certaines anxiétés.
Et maintenir pour eux le fait qu'ils doivent apprendre à s'endormir dans leur lit, (chacun le sien), est la meilleure manière de ne pas les trahir en ne leur cachant pas qu'en effet, nous sommes "uniques" et d'une certaine façon "seuls" à affronter notre vie.
Rien n'empêche de négocier une porte laissée semi-ouverte, une veilleuse, et surtout, d'accompagner l'enfant vers le sommeil par une histoire, une chanson, un câlin, pour terminer par un : "Je t'aime. A demain".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article